Prévenir les commotions cérébrales chez vos enfants

 

Nul besoin de suivre l’actualité sportive pour savoir que la commotion cérébrale est un véritable fléau autant en sport professionnel qu’en sport amateur. Dès athlètes de très haut niveau en sont victimes, notamment Sidney Crosby, qui a fait la manchette à maintes reprises ces dernières années. En tant que parent ayant grandi à une époque où on se promenait à vélo sans casque protecteur et où les normes de sécurité étaient beaucoup moins importantes, il peut être difficile de trouver des pistes de prévention. Voici quelques informations et conseils qui pourraient vous permettre d’avoir l’esprit tranquille pendant que votre enfant exerce son sport favori.

Une commotion cérébrale, c’est quoi?

Suite à un traumatisme à la tête ou au cou, normalement causé par un impact sévère, une commotion peut survenir. Il y a divers degrés de commotions, les plus légères entraînant quelques maux de tête temporaires, tandis que les plus violentes peuvent entraîner une perte des fonctions cérébrales.

Comment prévenir?

Premièrement, le port du casque protecteur est indispensable pour tout sport de vitesse. Il est donc conseillé d’habituer vos enfants à le porter en bas âge. Si le port du casque protecteur est obligatoire dans les sports organisés, vous devrez vous même veiller à ce que votre enfant l’utilise à la maison. Par exemple, il n’est pas rare de voir des enfants sans casques à la patinoire extérieur. Pourtant, les risques de commotion sont bien présent. Une simple chute sur la glace peut être lourde en conséquence. Le gros du travail revient entre les mains du parent, qui doit être catégorique et apprendre à l’enfant que le port du casque est une nécessité et non pas une option. En grandissant avec ce genre de restriction, le jeune développera sa propre conscience du danger et adoptera un comportement sécuritaire par lui-même.

La plupart des gens associent les commotions cérébrales aux coups à la tête, mais ce n’est pas toujours le cas. La commotion résulte plus souvent qu’autrement à un choc au niveau du cou. Et comme les casques protecteurs ne couvrent pas le cou, il est impossible de prévenir les commotions avec de l’équipement. La seule façon de faire, c’est d’effectuer des exercices de renforcement des muscles du cou et du tronc, qui seront particulièrement utiles dans les sports de contact comme le hockey, le football et le rugby. Un certain tonus au niveau du cou permet de réduire l’effet de l’impact, il est donc primordial de priorisé ce genre d’exercice. Vous pouvez obtenir un programme d’entraînement spécialisé comprenant des exercices spécifiques pour le cou en consultant un physiothérapeute sportif ou un kinésiologue.

Source Image